LE CIRCUIT PAUL RICARD RETROUVE LE GRAND PRIX DE FRANCE DE FORMULE 1 APRES 28 ANS

C’est devant près de 65.000 spectateurs et sous le soleil que le départ de cette course tant attendue a été donné. Alors qu’Hamilton a pris le meilleur envol à l’extinction des feux, le reste du peloton a franchi les premiers virages de manière bien plus tumultueuse que le champion du monde. A l’approche du premier virage, Sebastian Vettel s’est infiltré entre les deux Mercedes avant que Valtteri Bottas ne se repositionne en deuxième position au freinage. Vettel a heurté la roue arrière-gauche de la Mercedes et provoqué la crevaison du pneu arrière gauche de son adversaire. Bottas n’a eu d’autre choix que de rentrer au stand à la fin du tour pour changer de pneus. Jugé responsable de cet accrochage, Sebastian Vettel a écopé par la suite d’une pénalité de 5’’.

Les virages suivants ont été tout aussi animés. Romain Grosjean (Haas) a effectué un écart provoquant un contact avec Esteban Ocon (Force India). Celui-ci a ensuite été percuté à l’arrière par son compatriote Pierre Gasly (Toro Rosso). Les deux pilotes normands se sont ainsi vus éliminés dès le premier tour ! Cet accident a provoqué la neutralisation de la course durant laquelle Sebastian Vettel a changé de capot avant et chaussé des pneus soft.

Après cinq tours sous safety car, les concurrents ont pu reprendre leur effort à plein régime dans le sillage de Lewis Hamilton, leader devant Max Verstappen (Red Bull), Carlos Sainz (Renault), Daniel Ricciardo (Red Bull), Kevin Magnussen (Haas), Kimi Räikkönen (Ferrari), etc. Sebastian apparaît alors à la 17e place et Valtteri Bottas à la 18e.

Les deux retardataires entament alors une magnifique remontée alors que Kimi Räikkönen passe Magnussen pour le gain de la 5e place au 8e tour, puis Carlos Sainz au passage suivant. De son côté, Sebastian Vettel remonte rapidement sur le Top 10 et s’attaque successivement et avec succès à Hülkenberg, Grosjean, Perez, Leclerc, Magnussen et Sainz. Après 20 tours, le pilote allemand pointe alors 5e derrière Lewis Hamilton, les deux Red Bull et son équipier Räikkönen. Valtteri Bottas gagne lui aussi des positions en dépassant notamment Perez, Grosjean dans le double droite du Beausset et Charles Leclerc.

Parmi les pilotes de tête, Max Verstappen a lancé la salve de changement de pneus au 26e tour, chassant des softs, considérés comme la monte la plus adaptée à la piste. Hamilton changera, lui aussi, ses ultra-softs pour des softs au 33e des 53 tours alors que son équipier Bottas ne s’arrêtera qu’au 38e passage pour chausser des super-softs lors d’un arrêt plus long que prévu. Trois tours plus tard, c’est Vettel qui chausse des pneus Pirelli ultra-softs. Hamilton mène alors toujours devant Verstappen, Ricciardo, Räikkönen, Vettel, Sainz, Magnussen et Bottas. Très en verve, Kimi Räikkönen, subtilise la troisième place à Ricciardo au 46e tour.

Au 51e passage, la Canadien Lance Stroll est victime d’un spectaculaire problème sur son pneu avant-gauche. Cet accident provoque alors un Virtual Safety-Car. Cette ultime péripétie n’empêche nullement Lewis Hamilton de remporter sa 65e victoire en Formule 1, la 3e de la saison. Ce magnifique résultat obtenu avec un moteur évolué lui permet de reprendre la tête du Championnat du monde avec 14 points devant Sebastian Vettel alors que Mercedes creuse l’écart au championnat constructeurs avec 23 points d’avance.

En Conférence de Presse, Lewis HAMILTON analysait son Grand Prix de France:
« Je suis franchement très reconnaissant au team pour notre super week-end. Les garçons, avec qui je travaille chez Mercedes depuis six ans, repoussent continuellement les limites et n’abandonnent jamais, alors je leur suis à jamais reconnaissant pour tout leur travail, sur la piste et à l’usine. C’est une très belle journée, vraiment. J’ai beaucoup apprécié ma course. La météo était belle et les fans étaient chauds aujourd’hui. C’est vraiment bien de voir autant de monde ici pour le Grand Prix de France. »

GP France 2018 dimanche stadium